Skip to main content

Posts

4. L’Arbre Chocolat

Timothée était déjà dans son lit lorsque Balthazar entra dans la chambre. 


Assis en tailleur, les jambes sous sa couette, il regardait le marchand de sable descendre de son nuage et passer par la fenêtre. Lorsqu’il vît le petit garçon, Balthazar sembla surpris.
«Tu es déjà couché ? demanda le marchand de sable. - Tu m’as promis une histoire, répondit le petit garçon. - C’est vrai. Mais je ne pensais pas te voir déjà dans ton lit.»
Timothée observa autour de lui, comme s’il était lui-même étonné de se retrouver là, puis il reporta son regard sur le Marchand de Sable.
«J’étais pressé d’entendre l’histoire du Lapin de Pâques, admit-il.»
Balthazar sourit. Quelques jours auparavant, le petit garçon aurait refusé de se mettre au lit tout seul.
«Alors si tu es prêt, je vais commencer.»
Balthazar s’assit sur le bord du lit et commença son histoire.
«Il était une fois un petit lapin blanc, qui était né dans un œuf... - Attends, l’interrompit Timothée, ça c’est l’histoire d’hier ! - Non, ce n’est pas la mê…
Recent posts

I. Un Premier Noël

Il était une fois, dans un pays lointain où la neige et l’hiver régnaient en permanence, un vieil homme à la longue barbe blanche. 

Assis sur une chaise à bascule, devant sa maison, il regardait inlassablement tomber la neige. Dans ses mains, il tenait un morceau de bois qu’il sculptait minutieusement à l’aide d’un vieux couteau. Il avait pris pour modèle un renne qui venait tous les jours à l’orée de la forêt, manger l’écorce des arbres. Parfois, quand le vent soufflait fort et que la neige tourbillonnait, le renne se mettait à courir après les flocons. Il courait si vite que le vieil homme avait fini par le surnommer “Tornade”.
Un jour, l’homme attendit en vain la venue de l’animal. Alors que la nuit tombait, il s’en inquiéta un peu. Lorsque le froid se fît trop mordant, il rentra dans la maison, attisa le feu et avala un grand bol de soupe. Il acheva la sculpture du renne, puis, après avoir lu quelques pages de son livre préféré, il alla se coucher en espérant voir Tornade le lendem…

I. La Dame en Rouge

Au village on l'appelle la 'Dame en Rouge'.

C'est une grande dame, fine et élégante, marchant encore d'un bon pas, malgré ses soixante-quinze ans. Sa maison est à l'orée d'une forêt, un peu à l'écart du village et de ses bruits. La porte est toujours ouverte pour acceuillir les personnes qui désireraient passer un moment avec elle, à causer des temps passés, ou des temps à venir. Enfin, des choses de peu d'importance...  Lorsqu'on passe cette porte, on entre dans une pièce bien éclairée. La parquet de bois grince quand on marche dessus, les murs s'effritent légèrement lorsqu'on s'y appuit, et les vieux meubles montrent une certaine réticence si on tente de les ouvrir. En face de la porte, il y a une très belle et très grande cheminée, toute de marbre, dans laquelle crépite toujours un beau feu. A côté, il y a une fenêtre par laquelle pénètre la lumière du jour, qui vient ensuite se décomposer sur des prismes suspendus. Plusieurs petit…

3. La Poule aux Oeufs Vides

Ce soir-là, Timothée était debout à son bureau. 



Il regardait attentivement la pièce qu’il avait dans la main. Il la tournait et la retournait dans tous les sens, perdu dans ses pensées. C'est à ce moment que Balthazar entra par la fenêtre. Le petit garçon se tourna vers lui et lui dit distraitement :
« Bonsoir Balthazar. - Bonsoir Timothée, lui répondit le marchand de sable. Tu n’es pas dans ton lit ? »
Le petit garçon regarda autour de lui surpris, comme s’il découvrait subitement l’endroit où il se trouvait. Puis, sans dire un mot, il alla s’asseoir dans son lit et remonta la couette bleue nuit sur laquelle étaient imprimées des centaines d’étoiles. Il resta là, assis, à regarder la pièce en or.
« - Je vois que la petite souris est passée, affirma Balthazar. - Oui, répondit simplement Timothée. - Tu es bien silencieux. Que se passe-t- il ?»
Timothée leva les yeux et regarda enfin le marchand de sable.
« C’est à cause de cette pièce. Je ne sais pas ce que je dois en faire. - Tu peux la ga…